En manchette:

Index | English | Nous joindre 


rss Facebook

FSC

navigateur FCI
comment réagir en cas d'urgence

Les épidémies de la tordeuse des bourgeons de l'épinette

diapo10.jpg (18580 octets)

Bien qu’une portion de la FERLD ait été préservée du feu depuis 1760, elle a subit d’autres perturbations telle la coupe forestière et surtout plusieurs épidémies de la tordeuse des bourgeons de l’épinette (Choristoneura fumiferana). En effet, au moins trois épidémies ont sévi dans la région durant le vingtième siècle soit à tous les 25 à 30 ans (Morin et al.,1993). Les larves se nourrissent des jeunes aiguilles de sapin baumier et d’épinette mais le sapin baumier est de loin l’espèce la plus vulnérable.

La dernière épidémie qui a duré de 1970 à 1987 a entraîné la mort de la grande majorité des sapins matures et on peut voir encore certains individus morts debout (fig. 1; Bergeron et al., 1995). La mortalité a varié beaucoup d’un type de peuplement à l’autre, les peuplements résineux étant beaucoup plus affectés que les peuplements feuillus et mixtes.

fig11.jpg (12101 octets)
Fig. 1. Mortalité brute du sapin baumier selon le temps écoulé depuis le dernier feu duquel les peuplements étaient issus. Les graphiques en boîtes indiquent la médiane (ligne au milieu de la boîte) et les percentiles 10, 25, 75 et 90. Les astériques indiquent la moyenne.

 

Par ailleurs, on a pu constater que les petits îlots conifériens ont subit un niveau de défoliation beaucoup plus faible (fig 2). Bien qu’il n’y ait pas de données sur l’abondance de la tordeuse dans ces sites pendant l’épidémie, l’abondance actuelle ne diffère pas selon la situation écologique des peuplements, indiquant que les peuplements isolés n’échappent pas à la tordeuse grâce à leur éloignement des forêts conifériennes continues. Cependant, le taux de parasitisme des larves de la tordeuse est significativement plus élevé dans des peuplements entourés de feuillus et la mortalité des larves avant la fin de leur développement pourrait réduire le niveau de défoliation et ainsi expliquer une mortalité plus faible (Cappuccino et al., 1998). Selon l’abondance du sapin les épidémies de la tordeuse peuvent créer des trouées pouvant atteindre de très grandes superficies. Comme les semis de sapins sont relativement peu affectés par l’insecte, ce sont eux qui, généralement, vont remplacer les sapins morts et créer le nouveau peuplement. Cependant, la présence de grandes trouées dans les peuplements résineux provoque une diminution du sapin au profit de d’autres espèces comme le tremble, le cèdre et des arbustes variés.

fig12.jpg (16070 octets)
Fig. 2. Comparaison des taux de mortalité (%) du sapin baumier causée par la TBE pour trois situations d'isolement.

 

 

précédent Retour aux thèmes de recherche suivant

Grand-Pic