En manchette:

Index | English | Nous joindre 


rss Facebook

FSC

navigateur FCI
comment réagir en cas d'urgence

Processus et mécanismes de régénération naturelle du peuplier faux-tremble

diapo2.jpg (32147 octets)

Dans le nord-ouest québécois, des travaux récents ont montré qu’en absence de perturbations majeures, le tremble pouvait se maintenir pendant deux ou même trois générations successives avant de disparaître du couvert forestier (Paré and Bergeron, 1996). Ces travaux remettent en question les patrons de succession habituellement retenus pour décrire les changements de composition caractérisant la forêt boréale mixte. Il apparaît de plus en plus probable que des perturbations de faible étendue (telles les trouées créées par la chute des arbres) permettent le recrutement de peuplier faux-tremble et cela en absence de perturbations importantes tel le feu. Du feu de forêt à la chute d’un arbre, la composition et la structure de la forêt boréale mixte ont, de tout temps, été modelées par des perturbations de nature, d’intensité et d’étendue variées. Les essences forestières de cette forêt ont du s’adapter et évoluer en relation avec ces différents régimes de perturbations.

Comparé aux perturbations naturelles, les dérangements occasionnés par les activités sylvicoles apparaissent moins variés et, par conséquent, favoriserait un moins grand nombre d’espèces. Dans bien des cas, d’une façon similaire au feu, la coupe totale (sans protection de la régénération pré-établie) réamorce la succession et contribue à l’établissement de peuplements de peuplier faux-tremble (fig. 1; Bergeron and Harvey, 1997). Cependant, en présence d’une régénération pré-établie en sapin et épinette blanche, l’usage de pratiques sylvicoles plus variées peut faciliter le passage d’un peuplement à dominance feuillue vers une peuplement mixte. L’usage de la coupe partielle, un peu à l’image des trouées occasionnées par la chute graduelle des peupliers faux-trembles, constitue une pratique actuellement à l’essai. La régénération du peuplier faux-tremble sera comparée dans des coupes d’intensité variable où 35, 65 et 100% du couvert forestier sera prélevé afin de créer un gradient d’intensité lumineuse au sol. Nous espérons ainsi illustrer le lien entre la densité de régénération du tremble et les changements d’intensité lumineuse au sol qu’entraîne la coupe forestière. Un autre objectif concerne la détermination du seuil minimal d’intensité lumineuse permettant le recrutement du tremble. Ces expériences seront menées de paire avec d’autres qui ont pour objectif d’évaluer la relation existant entre la taille des trouées et l’intensité du recrutement. La reproduction végétative fait aussi l’objet d’études dans des peuplements naturels d’âge et de luminosité variés.

fig19.gif (162214 octets)
Fig. 1. Modèles représentant a)la dynamique naturelle, b) le type de sylviculture actuel, et c) la stratégie proposée pour les sites de forêt mixte de la Forêt d'enseignement et de recherche du lac Duparquet.

 

précédent Retour aux thèmes de recherche suivant

Grand-Pic